Grotte Dordogne | Histoire des grottes de Maxange, grottes en Dordogne, périgord. | Les Grottes de Maxange
Facebook Flickr GoogleMaps YouTube
Tél. 05 53 23 42 80 | Email : contact@maxange.com

  • Exterieur 2013



La carrière de Mestreguiral, qui constitue le site des Grottes de Maxange, était exploitée pour la pierre à bâtir depuis deux générations par la famille Caballero. En juillet 2000, les travaux d’extraction mettent à jour une cavité exiguë qui semble s’enfoncer dans l’intérieur du massif. Aiguillonné par une providentielle curiosité, Angel Caballero, aidé de quelques amis, décide d’agrandir le boyau obstrué de terre. Après trois séances de labeur acharné à quatre pattes, les spéléologues improvisés débouchent dans une galerie beaucoup plus vaste où ils peuvent se relever. Ô stupeur : des cristallisations naturelles scintillent dans toutes les directions où porte le faisceau de leurs lampes. Nous sommes le 15 août 2000.

Angel Caballero vient de découvrir la première des grottes auxquelles il donna, par la suite, le nom de Maxange en mémoire de son père qui démarra la carrière. Maxange est, en effet, la contraction de Maximilien, prénom de son père et du sien, Angel. La trouvaille est signalée à la Direction des Antiquités préhistoriques qui confirme, grâce à son examen par les meilleurs spécialistes en la matière, que la cavité n’offre aucun vestiges de la présence ancienne de l’homme. Seules, quelques griffades d’ours des cavernes sont remarquées. Par ailleurs, l’intérêt des concrétions qui revêtent les plafonds et les parois de la grotte est souligné. Début 2001, plusieurs spéléologues expérimentés sont conviés et confirment l’intérêt certain et la qualité des concrétions, essentiellement des excentriques, rarement observées avec une telle profusion et une telle beauté dans la plupart des autres grottes.

Se présente alors un dilemme délicat

Doit-il continuer l’exploitation de sa carrière et, un beau jour, inexorablement détruire « sa » grotte, ou bien conserver celle-ci ce qui impliquerait, immanquablement l’arrêt de son activité de carrier et la perte de son gagne-pain. Après des hésitations bien compréhensibles et après avoir pesé les avis des uns et des autres, Angel Caballero décide de se lancer et d’aménager la cavité pour la visite aux touristes. La position du site, à la croisée des grands axes touristiques du Périgord, plaide d’ailleurs en faveur de ce projet. Mais il faut aller vite, car la carrière ne produit plus, et la tâche est importante. Il faut notamment vider la grotte des quelques milliers de mètre-cubes de remplissages argilo-sableux qui encombrent les galeries pour permettre le passage aisé des visiteurs.

Très opportunément, en cherchant à ménager une autre entrée pour faciliter les visites, une deuxième grotte est découverte un peu plus loin, dans le front de falaise de la carrière. Elle est, pour sa part, complètement obstruée de terre et des travaux de désobstruction considérables sont entrepris tout au long de l’année 2001 pour essayer de faire communiquer les deux cavités. Dans le même temps, les premiers contacts sont établis avec les autorités touristiques de la région pour le montage du projet.

En 2002, les préparatifs deviennent de plus en plus intenses.

En effet Angel Caballero s’est fixé Pâques 2003 pour l’ouverture du site. Beaucoup de choses restent encore à faire. Le 31 mai, une forte délégation des autorités de la région en matière de tourisme visite le site et manifeste un très vif intérêt pour le projet d’aménagement. Cet encouragement officiel a pour effet de stimuler les travaux qui vont alors bon train : l’aménagement extérieur du site est déjà bien avancé mais les deux grottes ne sont pas encore raccordées. Le lever topographique des galeries montre qu’elles passent très près l’une de l’autre mais qu’elles ne se rejoignent pas. Déception ! En se fiant au plan, un court tunnel artificiel est creusé à l’explosif et la jonction des deux grottes est chose faite le 17 juillet. Leur désobstruction est achevée deux mois plus tard et l’installation électrique mobilise les techniciens toute la fin de l’année et le début de la suivante.

Dès le début de 2003, l’ancien atelier de débitage de la pierre se métamorphose en un local d’accueil convivial et bien équipé. Une activité fébrile règne sur le chantier pour parfaire les derniers aménagements : portes d’accès au circuit souterrain, aménagement paysager du site, aire de jeu, etc. Les travaux sont remarquablement menés et, grâce aux efforts et à la compétence de tous les intervenants, le site peut ouvrir à la date prévue, le 20 avril 2003, jour de Pâques. Le 12 juin, les Grottes de Maxange sont inaugurées par les autorités officielles du département.

Le 13 mars 2013, les Grottes de Maxange sont classées au Titre des Sites par le gouvernement.



Les Grottes de Maxange n’ont pas encore révélé tous leurs secrets :
d’autres passages restent à désobstruer dans ce réseau qui réserve d’autres belles surprises. Mais ce sera pour plus tard…